Début mars, je fêtais les 3 ans de mon fils en chalet, entre amis, le temps d’un weekend.
De l’amour, du partage et… tant d’insouciance.

La suite, je ne l’ai pas vue venir. Personne ne l’a vue venir.
De retour au travail, on nous annonce la fermeture des écoles et milieux de garde. Le début d’une succession de fermetures strictes. Les gens qui se ruent dans les épiceries. Des pénuries de viandes, produits laitiers et de papier toilette… Nous voilà confinés. En pleine pandémie.

La « vie » s’est arrêtée ainsi que toute forme de légèreté et d’insouciance. La maison devient le lieu de travail mais aussi la garderie. 2 fonctions qu’il faut imbriquer aux débâcles de la vie de famille.
Chacun d’entre nous a dû jongler. S’adapter. Se recentrer sur l’essentiel, aussi.
Car il y a toujours une part de positif à prendre. Mais définitivement, c’est un choc. Brutal.
Cette pandémie et son confinement nous ramènent à notre condition de simple mortel et ça fait peur.
Nous sommes les mortels d’une époque aux rouages fous. Une course au « toujours plus » que notre planète ne peut suivre. Le retour de baton es tombé. 

Chamboulement et confrontation

Ce confinement a enfermé la vie de chaque membre de la famille dans un seul et même endroit.
Une promiscuité méconnue fait son apparition, du jour au lendemain. Les parents veulent travailler lorsque les enfants veulent s’épanouir. L’un veut relaxer quand l’autre veut se concentrer.
Cette promiscuité de chaque instant vient se heurter à notre besoin individuel d’intimité. 

Ce confinement est venu surchargé le domicile familial, réveillant les petits compromis que chacun avait accepté pour la paix du ménage. L’organisation, les rôles, les horaires sont littéralement chamboulées.
Les émotions se heurtent, ne pouvant plus circuler dans la dynamique familiale qui était si bien rodée.

Ce confinement il nous met littéralement face à nos pensées, nos émotions et nos fragilités les plus profondes.
Forcés de ralentir, c’est l’occasion pour elles de sortir et de s’exprimer au grand jour.
Les écouter, les comprendre mais avant tout en prendre conscience. Sinon les subir.
Je n’ose imaginer l’impact que ce confinement a pu avoir sur la santé mentale des plus vulnérables, les plus tourmentés. Sans penser à la libération des pires démons : la violence conjugale et infantile, mais aussi les drogues, les troubles comportementaux et bien d’autres.
Ce confinement est clairement le moment d’écouter ses propres failles et des les apaiser.
Et c’est OK si on a besoin de se faire aider pour ça.  

Confinement et expatriation 

C’est certain, vivre le confinement à des kilomètres de ses proches ne rend pas la chose facile.
Pour l’expatrié, c’est prendre la distance en pleine face.
Anéantir la possibilité de visiter ses proches avant même que l’envie ne se pointe.
Les frontières sont fermées et retrouver tes proches n’est pas un voyage essentiel ces temps-ci, même si ça l’est pour toi. Visualiser de prochaines retrouvailles est impossible, l’avenir n’a jamais été si incertain.
Puis-je oser leur dire « à l’année prochaine » ?
La « deuxième vague » et un avenir sur fond de pandémies nous guette.

Un sentiment d’insécurité qui apparaît, le statut d’étranger qui se montre plus fort. Tu cherches tout à coup tes repaires identitaires. Mais t’as beau faire 10 fois le tour de ta maison confinée, c’est pas là que tu vas les trouver.

Expatrié confiné, à un moment ou à un autre tu as dû ressentir l’isolement et la perte de repères fondamentaux. Sûrement les pires ennemis quand on est loin… Mais je veux te dire que c’est correct.
Les pays se déconfinnent, mais a-t-on retrouvé la vie d’avant ? Certainement pas. On accuse encore le coup.
On essaie de s’adapter et construire de nouveaux repaires. De nouvelles armes pour vivre avec ce nouveau présent. 

Comme nous, beaucoup travaillent encore de la maison. Se rappelant chaque jour que c’est différent, pas comme avant. La longue traîne de ce confinement presque résolu, matérialisée par le port du masque et ces nouveaux gestes barrière quotidiens. Par cette liberté restreinte.

On est humains

Pandémie mondiale, éloignement social et familial, confinement, travail/enfants à la maison, chamboulements, pertes de repères, de rythmes., surcharge émotionnelle… Dois-je continuer la liste de ce que nous vivons ces derniers temps ? Ajouter à cela la pression des réseaux à faire son pain maison, acheter local, lancer de nouveaux projets personnels/professionnels etc… Je suis pour toutes ces idées ! Mais chaque chose en son temps… Peut-on se foutre la paix et juste encaisser ce qui se passe ? Ensuite on gérera.

Mon cas n’est pas le plus à plaindre pendant cette pandémie. Loin de là. Mais si comme moi tu as/as eu des moments plus durs, accepte-les, comprends-les. Réalises tout ce que tu vis. Et prends le temps qu’il faut.
J’ai le conseil facile… la première à ne plus y voir clair. Mais si j’écris tout ça, c’est que j’ai commencé à digérer beaucoup de choses.

Je t’invite à la méditation et la sérénité. Recentres-toi sur des petits bonheurs, des sensations qui sont à ta portée. On commence par là et promis, un nouveau souffle vient. Quand tu seras prêt, tu sauras te réinventer dans ce nouveau présent. Libre à toi de soulever des montagnes… ou pas, après tout ! 🙂

Un pas de plus vers la connaissance de soi ou l’art du bonheur dans un monde incertain. Je nous souhaite juste de savoir être heureux. Peu importe comment ce drôle de monde tourne… L’instant présent et ton TOI ne te feront jamais faux bon. Alors chéri-les.  

2 réponses sur “À toi, rescapé du confinement

  1. Bonjour Deborah! C’est le meilleur moyen de se libérer : écrire.
    Aussi, comme vous êtes loin de vis racines, on comprend mieux votre condition. Alors, vive la vie et vive le monde d’après ! Le mien, le notre, le votre!
    Bises à tous!!
    Richard

  2. Tu m’as fait sourire mais aussi tu m’as mise en face de mon miroir … celui qui m’encourage après ce « Reset » mondial, a continuer en se réinventant. La vie est évolution et cette pandémie nous a permis ;pour ceux qui ont pu passer au travers, de regarder autour de nous et réapprendre à prendre le temps pour tout. Et revenir aux essentiels. Pas facile mais la vie est changement . Ce qui ne te tue pas te grandit 😀🙏
    Merci Deb pour ta plume magique qui est un phare dans cette vie parfois sombre mais Qui est également remplie d’étoiles d’espoirs. Vive le Canada 🇨🇦 Vive la liberté, l’amour et la vie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

onze − 11 =